Weber utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service.
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies de ce site. Pour en savoir plus

Weber - Saint-Gobain

Choisir et réaliser le traitement adapté (2/2)

Le traitement dépend du type de désordre, de son origine et de l’importance des risques encourus.
Les risques sont liés à l’instabilité de l’ouvrage et à la pénétration d’eau.
Pour choisir le traitement approprié, il faut d’abord effectuer le diagnostic :

  • quelles sont les causes de la fissuration ?

  • y a-t-il des infiltrations ou des risques d’infiltrations d’eau ?

  • l’ouvrage est-il instable ?

3 - FISSURES NON INFILTRANTES

Dans ce cas, les fissures n’ont que des conséquences esthétiques et ne remettent pas en cause les fonctions et la durabilité de l’ouvrage. Le choix du revêtement décoratif se fera donc en fonction de l’aspect désiré et de sa compatibilité avec le support (se reporter aux Guides de choix de la façade pages 182 à 189). Toutefois, pour limiter le risque de réapparition de ces fissures, il est possible dans certains cas de réaliser un pontage au droit des fissures. Cette disposition permet ainsi de répartir les contraintes dans le revêtement, sans exclure le risque de fissuration en cas de mouvement du support.

1 - Pontage dans un enduit hydraulique*

* uniquement pour les enduits de plus de 7 mm d'épaisseur

  • appliquer de part et d’autre de la fissure une passe d’enduit
  • puis maroufler le tissu de verre (maille 9x9 mm) d’une largeur d’au moins 50 cm répartie de chaque côté de la fissure
  • réaliser ensuite la 2ème passe de finition (voir le paragraphe « Application » dans la notice du produit choisi)

2 - Pontage ou tramage généralisé avant application d'un enduit de parement organique (RPE)** Traitement localisé (Fissure isolée)


**uniquement sur support lisse

  • Après nettoyage du support, laisser sécher puis appliquer une couche de weber.plast souple dilué à 15 % d’eau en poids pour uniformiser la teinte du support et son absorption sur toute la surface. 
  • Appliquer une couche régulière au rouleau, de weber.plast souple sur la fissure, en débordant largement. Puis maroufler l’armature non tissée au rouleau non empâté ou à la lisseuse.
  • Le lendemain après séchage, appliquer une 2ème passe  de weber.plast souple, au rouleau, en prenant soin de masquer les différences d’épaisseur. Après séchage de 24 h, appliquer un enduit de parement organique (RPE), choisi parmi weber.tene ST, weber.tene XL+ ou weber.tene SG.

3 - Traitement général de la façade


  • Après nettoyage du support, laisser sécher puis appliquer une couche de weber régulateur sur l’ensemble de la façade. 

Appliquer weber.therm PPE sur 2 mm d’épaisseur.

  • Maroufler soigneusement sur toutes les surfaces l’ armature réno PPE jaune (recouvrement entre lés : 10 cm). Puis appliquer une seconde couche de weber.therm PPE.
  • Après séchage complet de toute l’épaisseur de l’enduit, appliquer l’enduit de parement organique choisi parmi weber.tene ST, weber.tene XL+ ou weber.tene SG

4 - Pontage ou traitement général avec un corps d'enduit à la chaux aérienne


  • Éliminer l’enduit existant, dégarnir les joints sur 2 à 5 cm.
  • Fixer la bande de pontage EB 40 G (placer le papier kraft contre le support). Fixer la bande dans la maçonnerie avec des pointes galvanisées.
  • humidifier le support. Appliquer weber.mep plus

5 - Pontage ou traitement général avant application d'un enduit de parement mince à la chaux aérienne


(si l'ancien revêtement est compatible et bien adhérent )

  • Ouvrir la fissure à la griffe et calfeutrer avec un mastic acrylique SNJF.
  • Poser la bande  EB 20 à sec*. Déposer du weber.facim SF ou SH sur la bande et la racler au maximum.

    * en débordant en haut et en bas de la fissure de 50 cm
  • Maroufler la trame G ou G2 en veillant à la recouvrir complètement. Lisser la surface à la lisseuse. Laisser sécher 24 à 72 h, puis appliquer la couche de finition de la gamme weber.unicor ou weber.prodexor

6 - Détermination de l'adhérence et de la compatibilité de l'ancien revêtement

Les tests d’adhérence sont à réaliser sur les anciens revêtements à priori favorables, en aucun cas sur des revêtements devant être refusés ou éliminés.

  • 1 test par exposition et par nature de revêtement pour des chantiers inférieurs à 300 m²
  • 2 tests minimum par exposition et par nature de revêtement à répartir entre parties basses et élévations pour des chantiers supérieurs à 300 m²
  • Sur une surface d’au moins 0,2 m² (50 cm x 50 cm ou 30 cm x 80 cm), après nettoyage, appliquer à la lisseuse une passe de weber.facim SF ou weber.facim SH d’épaisseur, puis cranter.
  • Maroufler la trame G ou G2  dans l’enduit en laissant libres 10 cm minimum de trame en partie basse sur toute la largeur de l’échantillon puis lisser et éventuellement recharger sur la partie enduite. A l’aide d’un outil tranchant entailler le revêtement en place sur le périmètre de l’échantillon
  • Laisser sécher l’échantillon 8 jours minimum. Après 8 jours de séchage, enrouler la partie libre de la trame autour d’un mandrin (manche à balai par exemple) puis tirer en exerçant une force perpendiculaire au mur et en enroulant la trame.

Le test est positif

  • Lorsque la trame fait éclater la couche superficielle de weber.facim SF ou weber.facim SH et est intégralement récupérée propre sur le mandrin et que la partie d’enduit restant sur le support est intacte, totalement adhérente et ne présente ni décollement ni amorce de fissuration.

Le test est négatif

  • Ou lorsque weber.facim SF ou weber.facim SH entraîne des parties du support, ou lorsque l’enduit adhérent sur le support présente des amorces de fissuration, ou des fissures.

Attention les crépis plastiques roulés restent parfais souples sur leur face interne, quoique souvent durs et cassants.

Effectuer un prélèvement de 5 cm x 5 cm du revêtement et vérifier ce point en le pliant lentement à la température normale (20°C) ; s’il est encore souple, il est non compatible.

Si tous les tests mis en place sont positifs, le lavage à haute pression reste obligatoire et permet de détecter les surfaces éventuellement défectueuses, avant de les décaper ou de les piqueter en totalité.