Weber utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service.
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies de ce site. Pour en savoir plus

Weber - Saint-Gobain

Connaitre et comprendre les fissures en façade

  • FAÏENÇAGE
    Réseau en mailles d'ouvertures surperficielles de très faible largeur, inférieures à 0,2 mm. Il ne concerne que la couche superficielle de l'enduit.
  • MICROFISSURE
    Ouverture linéaire dont la largeur est inférieure à 0,2 mm. Elle concerne généralement toute l'épaisseur de l'enduit.
  • FISSURE
    Ouverture linéaire, au tracé plus ou moins régulier, dont la largeur est comprise entre 0,2  et 2 mm. Les fissures concernent toute l'épaisseur des enduits à base de liants hydrauliques et, parfois, tout ou partie de l'épaisseur des éléments de béton ou de maçonneries sur lesquels ces enduits sont appliqués. On distingue deux types de fissures en fonction de leur emplacement : les fissures localisées aux points singuliers de la paroi (acrotères, chaînage, jonctions avec dalles, etc.) et les fissures réparties sur la façade.
  • LÉZARDE OU CREVASSE
    Ouverture concernant toute l'épaisseur de la maçonnerie et dont la largeur dépasse 2 mm.

1) Microfissurations de retrait (en mailles larges) des enduits ou bétons.

Elles sont dues soit à un excès d'eau de gâchage, soit à un mauvais dosage de l'enduit ou à une épaisseur trop importante de celui-ci, ou encore à une mauvaise adhérence.

2) Microfissures ou fissures horizontales ou verticales.

Elles sont généralement dues à des maçonneries composées de matériaux divers, ayant chacun un comportement hygrothermique différent.

3) Fissures en général obliques ou verticales partant des angles des baies (fissures en moustache).

Elles sont dues à la dilatation des appuis de baie ou aux résistances plus faibles de la maçonnerie aux angles d'ouverture.

4) Fissures verticales situées aux angles de la construction.

Elles sont dues au défaut de chaînage vertical.

5) Microfissures des joints de maçonnerie.

Elles sont dues soit à l'utilisation de blocs non stabilisés, soit au montage défectueux de la maçonnerie (joints trop larges ou mal dosés, ou délais trop courts entre le montage et l'enduction).

6) Fissures (voire lézardes) obliques dans les parois béton ou de maçonnerie.

Elles sont dues à une instabilité de terrain ou de l'assise de la construction entraînant des mouvements importants de la structure.

7) Fissures verticales à la jonction de deux bâtiments contigus et indépendants (agrandissement...).

Elles sont dues à l'absence de joint de dilatation.

8) Fissures horizontales situés soit au droit du plancher, soit au 1er ou au 2e rang d'éléments de maçonnerie en dessous du plancher.

Elles sont également dues à une déformation ou à une rotation du plancher sur le chaînage périphérique.

9) Faiençage superficiel (en petites mailles) de la couche superficielle de l'enduit.

Il est dû à un excès de talochage ou à un séchage de la surface trop rapide.