Weber utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service.
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies de ce site. Pour en savoir plus

Weber - Saint-Gobain

Points clés de réussite d'une mise en oeuvre

Respecter les étapes de mise en oeuvre d’une I.T.E. est primordial pour sa bonne tenue dans le temps.

Voici quelques conseils qui vous aideront à mémoriser les points clés de réussite.
Une formation adéquate en centre agréé* reste la meilleure démarche pour acquérir les bons gestes.
La réalisation régulière de chantiers d’I.T.E. permettra de maîtriser complètement la mise en oeuvre.

Bien poser la bande de désolidarisation

La désolidarisation concerne tous les points durs : appuis de fenêtres, corbeaux, tapées de fenêtre, potences, fixations…

Conformément au CPT 3035, les panneaux isolants sont appliqués en ménageant un espace d’environ 0.5 cm pour la mise en place ultérieure du mastic de calfeutrement.

Bande de désolidarisation weber.therm qui assure la fonction de fond de joint isolant avant la réalisation ultérieure du mastic de calfeutrement.

Le complexe isolant et enduit ne sera pas adhérant au point dur.

Bien poser le rail de départ

1 - Le rail de départ doit être posé horizontalement à 15 cm du sol (2 cm sur un balcon présentant une pente de 1 cm).

2 - Espacer les rails de départ de 3 mm pour permettre leur libre dilatation.

3 - Les chevilles de fixation doivent être espacées de 30 cm maximum et au plus près de l’extrémité du rail (maximum 5 cm), soit 9 chevilles par rail de 2,5 ml. Réaliser une coupe d’onglet aux angles des bâtiments.

Bien calepiner les plaques d'isolant

1 - Ne jamais faire coïncider une jonction de plaque avec une jonction de rail, les décaler d’au moins 10 cm.

2 - Poser les plaques en quinconce façon “coupe de pierres”. La plaque de rang supérieur doit être décalée au minimum d’1/3 par rapport au rang inférieur.

3 - Aux angles, harper les plaques.

4 - Réaliser des découpes en L aux angles de baies et fenêtres afin de limiter l’apparition de fissures dites “en moustache”. Au besoin, anticiper la découpe sur les plaques de rang inférieur.

5 - Au droit des points durs (appuis de fenêtres, dessous d’avancée de toit chevrons débordants…), préserver un espace de dilatation pour la réalisation ultérieure d’un joint de calfeutrement (mastic 1ère catégorie).

 

NB : sur panneaux préfabriqués en béton, veillez à ne pas faire coïncider les joints entre panneaux d’isolant, avec les joints de panneaux béton.

Lors de la mise en oeuvre des panneaux de polystyrène expansé gris, la façade doit être mise à l’abri du soleil par une protection ou un filet d’échafaudage ne laissant pas passer plus de 30 % du rayonnement solaire, conformément à la fiche technique du fabriquant.

La pose des plaques d'isolant en pose collée

1 - appliquer la colle par bandes périphériques et transversales de 15 à 20 mm d’épaisseur. Le mortier de collage ne doit pas refluer entre les joints de plaques

2 - Joindre les plaques d’isolant bord à bord en évitant tout espace qui engendrerait un pont thermique, un spectre ou une fissure.

3 - A l’avancement, battre les plaques pour éviter tous désaffleurements. Vérifier la planéité de la surface à l’aide d’une règle de 2 mètres.

4 - Après séchage du mortier de collage :

  • En cas de léger espace entre plaques, combler l’interstice soit avec une fine lamelle d’isolant soit avec de la mousse polyuréthane expansive.
  • Poncer les désaffleurements de l’isolant de telle sorte qu’aucune irrégularité ne subsiste. La façade sera ensuite nettoyée avec une brosse souple afin d’éliminer tout résidu de ponçage.

La pose des plaques d'isolant en pose fixée mécaniquement par rails

La fixation de l’isolant au pourtour de la plaque se fait : 

horizontalement par rails de 3 ml




verticalement soit par * :

  • raidisseur vertical T à glisser entre les plaques (47 cm)
  • rail de maintien vertical de 20 cm avec 1 fixation ou de 43 cm avec 2 fixations

* suivant le niveau de résistance en dépression au vent requis.



Lorsque l’extrémité d’une plaque est laissée “libre”, aux angles des bâtiments, au-dessous d’appui de fenêtres, dessous d’avancée de toits, pourtour de fenêtres (etc...), renforcer la fixation avec des chevilles traversantes à tête circulaire.

Pour la pose des chevilles, se référer au mode opératoire en pose calé-chevillée.

La pose des plaques d'isolant en pose calé-chevillée

1 - appliquer le mortier de calage par bandes périphériques * et transversales de 15 à 20 mm d’épaisseur. Le mortier de calage ne doit pas refluer entre les joints de plaques
2 - joindre les plaques d’isolant bord à bord en évitant tout espace qui  engendrerait un pont thermique, un spectre ou une fissure 
3 - à l’avancement, battre les plaques pour éviter tout désaffleurement. Vérifier la planéité de la surface à l’aide d’une règle de 2 mètres
4 - après séchage du mortier de calage :

  • en cas de léger espace entre plaques, combler l’interstice

soit avec une fine lamelle d’isolant soit avec de la mousse
polyuréthane expansive

  • poncer les désaffleurements de l’isolant de telle sorte

qu’aucune irrégularité ne subsiste. La façade sera ensuite nettoyée avec une brosse souple afin d’éliminer tout résidu de ponçage

* pour les plaques weber.therm ultra 22 réaliser un collage à l'aide
de 8 plots répartis uniformément sur l'isolant.

LE SUPPORT
Le choix de la cheville dépend du type de support, défini dans son Agrément Technique Européen (matériaux supports A, B, C, D, E)
et du mode de mise en oeuvre.

Les supports certifiés :

LE PERÇAGE
La qualité de perçage est fondamentale pour la bonne tenue de la cheville. Utiliser le foret adapté au support.
LE MODE DE MISE EN OEUVRE
Il existe deux modes de mise en oeuvre pour les chevilles : les chevilles à frapper et les chevilles à visser.
Les chevilles à visser se posent à fleur (utiliser impérativement avec weber.therm bouchon) ou à coeur (utiliser impérativement
avec weber.therm rond). Le chevillage à coeur permet un montage propre et une surface homogène pour l’application de l’enduit.

LA LONGUEUR DE LA CHEVILLE
La longueur adéquate de la cheville est calculée de la façon suivante :
En mode de pose fixé mécaniquement par rails :
profondeur d’ancrage de la cheville (voir tableau ci-dessous)
+ épaisseur de l’ancien enduit (donnée chantier)
+ épaisseur de l’isolant (donnée chantier)

En mode de pose calé-chevillée :
profondeur d’ancrage de la cheville (voir tableau ci-dessous)
+ épaisseur de l’ancien enduit (donnée chantier)
+ épaisseur du plot de calage (10 mm maximum)
+ épaisseur de l’isolant (donnée chantier)

Pour les systèmes calés-chevillés et fixés mécaniquement par rails, il existe 3 options de chevillage : par cheville à frapper, cheville à visser en montage à fleur, cheville à visser en montage à coeur.
Le choix de la cheville est fonction du type de support, des habitudes de travail de l’entreprise et des performances souhaitées.

La mise en oeuvre des chevilles en pose calé-chevillée

  • percer à l’aide d’un foret de 8 mm adapté au support, un trou d’une  profondeur correspondant au type de cheville, au mode de montage et au support. Veiller à percer à l’horizontale afin d’assurer une planéité totale de la rosace de la cheville

  • positionner manuellement la cheville jusqu’au nu de l’isolant

Option 1 : Chevilles à frapper

  • Après avoir positionné la cheville au nu de l’isolant, 
  • frapper la tête du clou avec un maillet caoutchouc.


Option 2 : Chevilles à visser en montage à fleur

  • positionner manuellement la cheville au nu de l’isolant
  • expanser la cheville à l’aide d’une visseuse munie de l’outil weber.therm embout STR T

  • terminer le montage à fleur en enfonçant le weber.therm bouchon dans la cheville pour éviter tout pont thermique (jamais avec de l’enduit)

Option 3 : Chevilles à visser en montage à coeur

Exclu dans les isolants weber.therm ultra 22 et weber.therm LR ECOROCK)

  • positionner la cheville au nu de l’isolant
  • expanser la cheville à l’aide d’une visseuse munie de l’outil weber.therm STR TOOL. La cheville pénètre alors dans l’isolant sans générer de résidus
  • terminer le montage à coeur en positionnant le bouchon isolant weber.therm rond dans la zone évidée. Utiliser un platoir afin de préserver une parfaite planéité au nu de l’isolant

PLANS DE CHEVILLAGE ASSOCIES

Le nombre minimal de chevilles est calculé à partir des efforts dus au vent normal en fonction de l’exposition et de la charge admissible dans le support considéré. La charge admissible par cheville est déterminée par les essais d’arrachement réalisés sur chantier (cf cahier du CSTB 3696 d'août 2011). Dans tous les cas, le
nombre de chevilles doit être au minimum :

  • 5 chevilles par panneau de PSE 120 x 60 cm
  • 4 chevilles par panneau de weber.therm ultra 22 120 x 40 cm

Cliquez sur les images ou sur les liens pour visualisez ou enregistrez les plans de chevillage

RENFORCEMENT PÉRIPHÉRIQUE
Aux angles des bâtiments, audessous d’appuis de fenêtres, d’avancées de toits, à chaque découpe de l’isolant en "L" (pourtours de fenêtres, balcons, casquettes), densifier le nombre de chevilles à tête circulaire.

Réussir la pose des mouchoirs

Pour éviter l’apparition de fissures, des carrés de trame 30 x 30 cm (les mouchoirs) doivent être posés aux angles des baies et ouvertures (à chaque
découpe de l'isolant en "L"), à la jonction tableau/voussure, à la jonction des rails de départ, des arrêts latéraux et baguettes d’angle. Cette opération s’effectue après le ponçage de l’isolant.

 

Pour les systèmes weber.therm 305 et weber.therm XM, la pose des mouchoirs s’effectuera après la pose de la trame en partie courante.

Pour les systèmes weber.therm PPE et weber.therm motex, la pose des mouchoirs s'effectuera avant la pose du sous-enduit.

Utiliser le sous-enduit pour poser les mouchoirs de la façon
suivante :

  • une passe d’enduit sur une surface de plus de 30 x 30 cm
  • marouflage du carré de trame de 30 x 30 cm

Appliquer la 1ère passe de sous-enduit

La répartition de l’enduit doit être uniforme, c’est-à-dire régulière et en tous points de même épaisseur. Éviter le «T» de mortier qui occasionnerait une fissure et/ou un spectre.

  • Mauvaise pratique. L’isolant a mal été posé car les plaques ne sont pas jointes et l’enduit a comblé l’espace générant un «T» de mortier.



  • Bonne pratique. Les plaques sont bord à bord et la répartition du sous-enduit est constante et régulière.

MAROUFLAGE DE LA TRAME DE VERRE ET 2ÈME PASSE DE SOUS-ENDUIT

  • les lés de trame doivent se chevaucher sur 10 cm en tous sens (sauf armature renforcée)
  • la trame doit se trouver au milieu de l'épaisseur du sous-enduit et ne jamais toucher l’isolant
  • maroufler la trame de haut en bas
  • veiller à bien tendre la trame sans pli ni cloque
  • appliquer la seconde passe en épaisseur constante et régulière
  • l’épaisseur totale de sous-enduit varie en fonction du système choisi. Se reporter aux pages des systèmes pour connaître et respecter les bonnes épaisseurs à appliquer

ENDUIT DE FINITION

  • selon le système choisi, un très large choix de finitions est possible. Plus de 1 000 teintes et aspects
  • veiller à respecter le mode de mise en oeuvre et notamment les primaires associés
  • les teintes de coefficient d’absorption du rayonnement solaire > 0,7 sont exclues, sauf sur les façades protégées de l’ensoleillement. En montagne et au-dessus de 1 300 mètres d’altitude, le coefficient d’absorption du rayonnement solaire est limité à 0,5
  • ne pas juxtaposer, sans joint de fractionnement, des teintes dont la  différence de coefficient d'absorption du rayonnement solaire est > 0,2 (coefficient α )
  • le système weber.therm 305, enduit projeté mécaniquement, assure les fonctions de sous-enduit et d'enduit de finition
  • pour un vieillissement sans pathologie, la mise en oeuvre d’une I.T.E demande un respect des règles de pose et un traitement soigné des points singuliers Se référer au Cahier des Prescriptions Techniques d’emploi et de mise en oeuvre N° 3035 d’avril 1998 délivré par le CSTB.

Réalisation du joint de calfeutrement

Pour systèmes avec finitions minérales

  • Après séchage de l’enduit, calfeutrer le joint avec un mastic acrylique 1ère catégorie de 10 mm x 10 mm.
  • Le joint permettra la désolidarisation complète de l’enduit au point dur et absorbera les contraintes de mouvement générées dans l’enduit.

Pour systèmes avec finitions minces organiques

  •  Avant application de la finition, calfeutrer le joint avec un mastic acrylique 1ère catégorie de 10 mm x 10 mm.