Weber utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service.
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies de ce site. Pour en savoir plus

Weber - Saint-Gobain

Le diagnostic du support, les 7 points clés à vérifier

L’adhérence du carrelage dépend de la qualité de la préparation du support et du diagnostic préalable. Nous vous présentons ici les moyens de l’effectuer. Le support doit être plan, dur, stable, adhérent, propre, sec et normalement absorbant.

Planéité

Comment vérifier la planéité d’un support ?

Le support doit être plan pour éviter les défauts de pose inesthétiques et préjudiciables au bon comportement du carrelage au sol (ne pas confondre planéité et horizontalité : un support peut être plan sans être horizontal).

  • la planéité du support est vérifiée avec une règle de 2 m
  • pour permettre une pose collée directe, les défauts ne doivent pas excéder 5 mm sous la règle de 2 m
  • si les défauts n’excèdent pas 20 % de la surface totale sur une surface continue maximale de 1 m², on estime qu’ils sont localisés
  • si les défauts excèdent cette proportion, ils sont alors généralisés. Le rattrapage de planéité nécessaire sera donc ponctuel ou généralisé

Dureté

Comment vérifier la dureté du support ?

Le support doit être dur et résistant pour éviter la fissuration ou le décollement ultérieur du carrelage.

  • vérifier la dureté de la surface en la rayant avec un outil pointu en plusieurs endroits
  • la rayure obtenue doit être superficielle pour que le support soit considéré comme dur
  • vérifier également la dureté dans toute l’épaisseur dans le cas d’anciennes chapes (chape sous-dosée, grillée...) ou de murs en plâtre
  • si le support n’est pas assez dur, il faut l’éliminer pour retrouver un support sain

Stabilité

Comment vérifier la stabilité du support ?

Le support doit être stable pour éviter une détérioration ultérieure du carrelage.

  • cette vérification concerne surtout les planchers bois posés sur lambourdes, les panneaux de bois et plus rarement les cloisons
  • les lames de parquet ou les panneaux de bois ne doivent pas bouger lorsqu’on marche dessus
  • les cloisons ne doivent pas se déformer sous la pression de la main
  • dans le cas contraire, consolider le plancher ou le refaire à neuf
  • consolider les cloisons déformables

La porosité

Comment vérifier la porosité des supports en ciment ?

Les supports à base de ciment doivent être normalement absorbants pour éviter une déshydratation trop rapide des mortiers-colles et favoriser leur adhérence.

  • mouiller légèrement le support avec de l’eau
  • si l’eau est absorbée en moins de 1 minute, le support est considéré comme excessivement poreux. Appliquer le primaire régulateur de porosité weber.prim RP avant la pose du carrelage

Adhérence

Comment vérifier l’adhérence d’un ancien revêtement ?

Le support doit être cohésif et résistant pour permettre l’adhérence de la colle.

  • vérifier l’adhérence des anciens carrelages ou dalles vinyles rigides par sondage avec un marteau
  • il est nécessaire d’éliminer toute partie sonnant creux, ou présentant une faible adhérence…
  • … et de la remplacer par des éléments de même nature, ou de reconstituer le support avec un produit adapté
  • certaines colles à carrelage peuvent être utilisées pour des réparations ponctuelles. Se référer aux notices produits
  • pour vérifier l’adhérence d’une peinture, effectuer le test du quadrillage en coupant la peinture avec un couteau ou un cutter
  • former des petits carrés de 2x2 mm sur une surface totale de 10x10 cm
  • la peinture est considérée comme adhérente si 80 % des petits carreaux sont adhérents
  • si ce n’est pas le cas, il est nécessaire d’éliminer la peinture par ponçage ou décapage

Propreté

Comment nettoyer le support ?

Le support doit être propre pour permettre l’adhérence de la colle.

  • éliminer les traces de plâtre à l’aide d’un couteau riflard. Dépoussiérer soigneusement et appliquer ensuite, si nécessaire :
    • le primaire d’adhérence weber.prim AD ou weber.prim express, sur ancien carrelage, peinture, bois, dalle vinyle rigide...
    • le primaire régulateur de porosité weber.prim RP, sur support à base de ciment, plâtre
  • dans le cas d’un ancien revêtement plastique déposé, éliminer les traces de colle de façon qu’elles ne forment plus un film ; seule une coloration résiduelle de surface peut subsister. Sur des résidus de colle acrylique ou Néoprène, dépoussiérer avec soin et appliquer le primaire weber.prim RP. Sur des résidus de colle bitumineuse ou époxy : appliquer le primaire d’adhérence weber.prim AD ou weber.prim express
  • dans le cas d’un ancien revêtement conservé, éliminer les vernis ou les cires par ponçage ou grattage
  • il peut être nécessaire de dépolir un carrelage émaillé ou vitrifié
  • lessiver les anciennes peintures et les anciens carrelages avec une lessive sodée
  • sur béton, éliminer tout ce qui peut nuire à l’adhérence (laitance de ciment superficielle ou dépôt d’huile) par lavage haute pression, par sablage ou par grenaillage...

Humidité

Comment vérifier si le support est sec ?

  • il ne doit pas ressuer l’humidité. Les supports en plâtre ne doivent pas comporter une humidité résiduelle supérieure à 5 % au moment de la pose (selon les conditions ambiantes, un plâtre atteint ce taux d’humidité résiduelle dans un délai allant de deux semaines à plusieurs mois). Les chapes anhydrite (à base de sulfate de calcium) doivent présenter un taux d’humidité résiduelle inférieur à 1 % pour un revêtement en carrelage ou inférieur à 0,5 % pour un revêtement PVC (à vérifier dans l’Avis Technique de la chape). L’humidité résiduelle est mesurée à l’aide d’une bombe à carbure